standard-title L’ostéopathie

L’ostéopathie

L’ostéopathie est une méthode de soins qui s’emploie à déterminer et à traiter les restrictions de mobilité qui peuvent affecter l’ensemble des structures composant le corps humain.

Toute perte de mobilité des articulations, des muscles,des ligaments ou des viscères peut provoquer un déséquilibre de l’état de santé. L’ostéopathie est fondée sur la capacité du corps à s’auto-équilibrer et sur une connaissance approfondie de l’anatomie.

L’ostéopathie est-elle remboursée par la sécurité sociale ?

Notre pratique n’est aujourd’hui pas remboursée par les organismes de sécurité sociale (et il existe peu de chance pour que cela change…). En revanche de nombreuses mutuelles remboursent totalité ou une partie des consultations. Ainsi n’hésitez pas à vous renseigner auprès de la votre.

Vous pourrez également trouver ce type de renseignements sur ce site.

Quelle est la différence entre un ostéopathe et un kinésithérapeute ?

Tout d’abord l’ostéopathie est une profession de première intention : c’est-à-dire que le patient peut aller chez l’ostéopathe sans avoir d’ordonnance de la part du médecin. L’ostéopathe doit ainsi être capable de formuler un diagnostic et de prendre en charge le patient (aussi bien en le soulageant qu’en l’orientant vers quelqu’un plus à même de traiter le problème).

La 2e grande différence se situe au niveau de la pratique : la kinésithérapie permet la majorité du temps de réaliser/d’aider les patients lors de leur rééducation. Ainsi le muscle est la plupart du temps renforcé (par des exercices en concentrique ou en excentrique). Dans ma pratique je considère le muscle comme un freinateur du mouvement : ainsi une contraction musculaire involontaire/réflexe empêche l’articulation de bouger dans ces amplitudes physiologiques et contribue au maintien de la pathologie. Mon but sera alors de supprimer ce réflexe à l’origine de la contraction, donc de « détendre » le muscle afin de rendre à l’articulation ces possibilités de mouvements.

Ces 2 professions sont donc bien différentes et aussi indispensables l’une que l’autre. Il faudra juste que le patient soit orienté vers le bon praticien en fonction de sa pathologie.